Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
Wednesday, September 12 2012

L'avenir de la Banque publique d'investissement se décide à Bercy

Posted by
Moscovici et Montebourg

Moscovici et Montebourg

Les questions relatives à la future banque publique d’investissement (BPI) ont commencé à être posées mardi 11 septembre à Bercy. Quelle dotation ? Quelle vocation ? Quel rôle pour chacun des organismes participants ? Autant de questions à résoudre pour lancer le dispositif de soutien aux PME le plus intelligemment et le plus rapidement possible.

La future BPI, dont la vocation globale sera l’aide au financement des PME, réunit trois organismes différents : les services d'Oséo, le fond stratégique d'investissement (FSI) et la Caisse des Dépôt et consignations (CDC). Se pose déjà la question de la gouvernance : prise de décision centralisée par la CDC ou répartition des pouvoirs à l’échelle des régions ? C’est l’une des pierre d’achoppement du débat.

La CDC joue déjà un rôle considérable dans la dynamisation de l’activité des entreprises par le biais de sa filiale Qualium Investissement. Inféodée à une stratégie d’investissement responsable qui s’appuie sur un soutien de long terme, proche des préoccupations stratégiques et managériales des PME, Qualium Investissement est réputée pour l’aide qu’elle apporte aux entreprises familiales notamment.

Comment dès lors, concilier les compétences des différents dispositifs - avec Oséo notamment - qui ont-eux aussi leurs prérogatives ? Peut-être va-t-il falloir qu’Oséo renonce à une partie de son indépendance dans le cas d’un pouvoir centralisé…

Autre question fondamentale, la dotation de départ. Il semblerait que pour l’instant il soit question de simplement cumuler les fonds propres des trois organismes. Mais il y aura débat de ce coté ci également puisque des voix s’élèvent à Bercy pour compléter ces fonds en puisant dans les livret A et les livrets de développement durable (dont les plafonds ont récemment été doublés). La marge de manœuvre de la BPI s’en verrait considérablement augmentée, puisque ses capacités de crédits passeraient de 20 à 30 milliards d’euro, si ce n’est pas davantage.

Enfin, quelle mission pour la BPI ? l’arbritage doit se faire entre une vocation d’accompagnement via le financement d’entreprises dont les comptes sont viables, ou entre une mission de soutien d’urgence, c’est-à dire en venant au secours d’entreprises en difficultés. Béquille ou pompier, la vocation exacte de la BPI se décidera dans les jours à venir.

Les décisions ne doivent pas être prises dans la précipitation, mais la BPI doit remplir sa mission le plus rapidement possible en regard de la situation critique de crédit que rencontrent les PME

Comment on this post